Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2007 2 13 /02 /février /2007 00:00
Découverte de gènes-clés
Les plus importants gènes prédisposant au risque de développer la forme la plus répandue du diabète viennent d'être identifiés par une équipe internationale.

« La dissection du génome des diabétiques permet d'élucider environ 70% de la prédisposition à faire un diabète de type 2 (DT2) », la forme la plus répandue du diabète, souligne le Pr Philippe Froguel, co-auteur.
 Ces découvertes, publiées en ligne par la revue scientifique britannique Nature, ouvrent de nouvelles perspectives thérapeutiques et de prévention avec la mise au point d'un test.

 

«Certains des gènes
constituent une cible
thérapeutique idéale»

 

 

 Ce travail résulte d'une collaboration franco-anglo-canadienne entre les équipes dirigées par Philippe Froguel (CNRS-Institut Pasteur de Lille/Imperial College de Londres) et Rob Sladek (Université McGill, Montréal).
 Certains des gènes identifiés, particulièrement le transporteur de zinc, indispensable à la sécrétion de l'insuline par le pancréas, constituent une cible thérapeutique idéale pour combattre la maladie, selon les chercheurs.
 Plus de 200 millions de personnes sont diabétiques dans le monde et ce nombre devrait presque doubler d'ici à 2030, avec l'épidémie d'obésité qui touche actuellement 1,1 milliard de personnes dont 150 millions d'enfants. Mais la prédisposition héréditaire joue également un grand rôle lorsqu'on grossit. « Dans un à deux ans, on sera capable d'utiliser un test génétique qui permettra de dire son risque à un adolescent un peu en surpoids, qui a un père ou une mère diabétique », indique le Pr Froguel. Cela pourra le motiver pour adapter son alimentation, faire du sport et, en perdant du poids, réduire son risque de diabète, cause de maladies cardiaques, rénales, de cécité, d'impuissance et d'amputations.
 L'arrivée de techniques d'analyse rapides, avec les puces à ADN, a permis la première exploration totale de la prédisposition génétique au diabète, souligne le CNRS.
 La puce à ADN est une petite pièce de métal (ou de plastique) de quelques centimètres carrés sur laquelle sont gravés un demi-million de variants (mutations) génétiques qui différencient un individu d'un autre, par exemple la couleur des yeux. En y déposant un peu d'ADN extrait du sang, on peut étudier tout le génome d'une personne.
 « Ces découvertes vont également permettre de mieux comprendre pourquoi certains cancers (pancréas...) sont plus fréquents chez les obèses diabétiques », ajoute le Pr Froguel.

 

 

 

Édition des DNA du Mar 13 fév. 2007



Partager cet article

Repost 0

commentaires