Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2008 4 31 /01 /janvier /2008 21:51
De nouvelles images en 3D du cratère de Chicxulub, dans la péninsule du Yucatan, indique que l’astéroïde qui a causé la disparition des dinosaures s’est  écrasé en eaux profondes, ce qui pourrait expliquer pourquoi les conséquences de l’impact ont été si dévastatrices
 

 

Relevés topographiques du cratère de Chicxulub.

Relevés topographiques du cratère de Chicxulub. 
Carte: Nature Geoscience / Illustration: NASA

     Le cratère de Chicxulub s’est formé il y a 65 millions d’années à la fin du crétacé suite à la collision d’une météorite de 10 Km de diamètre environ. Sa chute marque la fin de l'ère secondaire et correspond à une période d’extinction massive, appelée limite CT (crétacé-tertiaire), durant laquelle une grande majorité des formes de vies terrestres ont disparu et parmi elles, les dinosauriens. Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer cette extinction mais la plus argumentée retient celle du météore de Chicxulub, elle n’est toutefois pas définitive.

En tout cas, les explorations du cratère se poursuivent et la dernière en date a permis de modéliser la structure du site avant et après l’impact et ainsi de définir la trajectoire probable de l’astéroïde. Selon Sean Gulick, chercheur à l'Institut de géophysique de l'Université du Texas et dont les recherches seront publiées dans le numéro de février de Nature Geosciences,  les nouvelles images montrent que la météorite a atterri en eaux plus profondes que supposé précédemment, et de ce fait a donc libéré environ 6,5 fois plus de vapeur d'eau dans l'atmosphère. Le site contient également des sédiments riches en soufre appelés évaporites, qui auraient réagi avec la vapeur d'eau pour produire des aérosols sulfatés. Selon Gulick, ces vapeurs sulfurées auraient profondément influer sur l’écosystème terrestre selon deux mécanismes distincts : en modifiant le climat (les aérosols sulfatés dans la haute atmosphère peuvent avoir un effet de refroidissement) et en générant des pluies acides. Des études antérieures avaient déjà envisagé que ces deux effets pouvaient résulter de cette accident planétaire mais à un degré moindre.

Une augmentation des pluies acides pourrait expliquer pourquoi les coraux et les créatures océaniques de surface ont été touchés de la même façon que les grands vertébrés sur terre. Il existe certaines preuves démontrant que les organismes marins plus résistants aux variations de pH ont survécu tandis que les plus sensibles ont passé l’arme à gauche. D’après Gulick, l'extinction massive événement n'a probablement pas été causée par un seul mécanisme, mais plutôt par une combinaison de changements environnementaux agissant sur différentes échelles de temps, dans des endroits différents. Par exemple, beaucoup de grands animaux terrestres pourraient avoir été exterminés par les nuées de matières brûlantes qui sont retombées dans les heures et les jours qui ont suivi l’impact tandis  que les modifications climatiques plus graduelles et les pluies acides auraient pu avoir un retentissement plus important dans les océans.

J.I.

Sciences et Avenir.com

Partager cet article

Repost 0

commentaires